Actus Réunion

La Cimade dénonce l’illégalité du « fichier des étrangers » utilisé par la PAF à La Réunion

Groupe de Recherche pour l’exécution des mesures d’éloignement à La Réunion : une situation alarmante

Le nombre d’étrangers placés en centre de rétention administrative (CRA) a plus que triplé en 2023 à La Réunion, suscitant l’inquiétude de la Cimade qui a dénoncé l’absence de contrôle sur les informations transmises par la préfecture au Groupe de Recherche pour l’exécution des mesures d’éloignement (GRE). Cette unité de la Police aux Frontières (PAF), unique en France, est chargée d’identifier et de traquer les personnes faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF) dans l’île. Toutefois, la préfecture nie partager l’accès à son fichier des étrangers avec la police.

Des méthodes contestées et des erreurs fatales

Le GRE, créé en 2023 et composé de six fonctionnaires de la PAF, a rapidement attiré l’attention par ses pratiques contestées. Des témoignages ont révélé des intrusions abusives dans la vie privée des étrangers, avec des faux coups de téléphone de la Poste utilisés comme prétexte pour les contrôler. Ces méthodes douteuses ont conduit à des expulsions choquantes, comme celle d’une étudiante mauricienne pour une simple attestation arrivée en retard.

Des failles dans le système

La Cimade a alerté sur les dysfonctionnements du GRE, illustrés par des erreurs d’identification conduisant à des arrestations injustes. La préfecture transmet des informations au GRE au « fil de l’eau », ce qui soulève des interrogations sur la légalité de ces pratiques. La Cimade a saisi la CNIL pour vérifier l’accès des policiers à un fichier regroupant des données personnelles, suspectant une utilisation abusive de ces informations pour maximiser les expulsions d’étrangers à La Réunion.

Violation des droits et manque de transparence

Les méthodes du GRE soulèvent des questions sur le respect des droits fondamentaux et la protection des données personnelles. La préfecture affirme que les procédures sont validées par la justice, mais la Cimade conteste cette pratique et dénonce une violation du RGPD. Le GRE, en quête de résultats, semble privilégier la quantité d’expulsions au détriment de la légalité et de la justice.

Source

Zinfos974

Add comment