Actus Réunion

Fresque de l’artiste Méo au lycée de Vincendo à Saint-Joseph : une polémique enflamme la communauté scolaire

Les graffitis réalistes de l’artiste Méo sont dispersés à travers l’île de La Réunion. Méo, un fervent défenseur du patrimoine réunionnais, est au centre d’une controverse. Il a créé une fresque au lycée de Vincendo qui divise le corps professoral. Cette fresque a suscité l’intervention d’un comité d’experts qui semble agir comme un comité de censure.



L’histoire de « Zolikèr » peinte par Méo au lycée de Vincendo suscite la controverse

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Une fresque peinte par l’artiste Méo sur les murs du lycée de Vincendo à Saint-Joseph, ne fait pas l’unanimité au sein du corps professoral. Reportage

Entouré de bann cardinal, son bertèl et su son roulèr, Zolikèr est au centre de cette nouvelle œuvre de Méo, réalisée dans l’enceinte du lycée de Vincendo. Mais un détail situé sur la première de couverture du dernier livre posé sur la pile offusque certains professeurs de l’établissement.

Cet élément, c’est une partie de l’histoire où le marmay i décide de rature son band’ livres l’école. Sur la pile de livre, il y a l’histoire de France. Et Zolikèr, le héro de l’histoire, li décide de rayer le titre de l’histoire de France et d’écrire “Zistoir La Réunion” dessus, mais que li oublie pas aussi l’histoire de France que le professeur la apprend’ à li. Mais li, li aimerait aussi que son l’histoire lé appris aussi à l’école.

Cette œuvre découle d’un projet du lycée intitulé « Celui qui oublie ses racines n’atteint jamais sa destination ». Des centaines d’élèves passent quotidiennement devant cette fresque et ils ne voient aucune ambiguïté dans le message que l’artiste souhaite transmettre.


Polémique au lycée de Vincendo à Saint-Joseph : la fresque de l’artiste Méo dérange


“Je comprends le message parce qu’à l’école, on étudie que l’histoire de la France, l’histoire en général. Et, à aucun moment, on ne parle de La Réunion. Donc, c’est un beau message. Il faut aussi apprendre notre culture et d’où l’on vient”, exprime une élève du lycée.

“L’artiste a vraiment voulu montrer qu’on était à La Réunion, qu’on a notre propre histoire, notre propre culture et notre propre langue », lance un autre élève.

Le proviseur a demandé des modifications à Méo, mais l’artiste refuse de se censurer. Le comité des Experts Nationaux des valeurs de la République est intervenu pour juger la conformité de l’œuvre, une initiative contestée par certains députés.


Polémique au lycée de Vincendo à Saint-Joseph : la fresque de l’artiste Méo dérange


Ce que je trouve assez choquant, c’est qu’on vienne censurer un artiste, alors que son œuvre n’est constitutive d’aucune infraction d’aucune sorte. Chacun est libre de l’interpréter à sa manière. Censurer ou s’auto-censurer, je pense que c’est le pire message que l’on pourrait envoyer à nos jeunes « même dans l’art vous n’êtes pas libres ».

Emeline K/Bidy, députée de La Réunion

Même son de cloche pour le député Frédéric Maillot.

La censure, c’est la Gestapo de l’esprit. Méo est l’un des artistes militants les plus prodigieux de La Réunion. L’histoire retiendra qu’on a tenté, en 2024, de le censurer.

Frédéric Maillot, député de La Réunion

Le proviseur attend les conclusions des experts avant de prendre une décision. Méo, de son côté, refuse de modifier sa fresque, mais propose d’ajouter une plaque explicative à côté de son œuvre. La Région devrait également réagir à cette affaire demain.

Source

FranceTV

Add comment