Actus Réunion

Troisième éruption volcanique en deux mois en Islande : un phénomène naturel inquiétant

Eruption volcanique en Islande: alerte à la rupture d’une canalisation

Une nouvelle éruption volcanique touche jeudi la péninsule de Reykjanes, dans le sud-ouest de l’Islande, la troisième depuis le 18 décembre, le niveau d’alerte ayant été relevé en raison d’un risque de rupture d’une importante canalisation d’eau. Depuis tôt ce matin, des coulées de lave rouge orangées accompagnées d’un nuage de fumée s’élèvent d’une fissure longue d’environ trois kilomètres, visible depuis la capitale Reykjavik. La Protection civile a déclaré l’état d’urgence en début d’après-midi après que la coulée de lave a recouvert et fait exploser une canalisation alimentant en eau chaude la péninsule de Reykjanes.

Quelque 28.000 personnes vivent dans cette région, située dans le sud de la péninsule, l’une des plus peuplées d’Islande, et dont l’alimentation en électricité et en eau provient de la centrale géothermique de Svartsengi. Selon les autorités, l’alimentation en eau chaude de cette région repose désormais uniquement sur l’eau stockée dans les réservoirs. Ces réservoirs permettent de tenir trois à six heures habituellement, possiblement de six à 12 heures en cas de mesures d’économie.

L’éruption est survenue à environ 40 km au sud-ouest de Reykjavik, dans la même zone que les précédentes survenues le 18 décembre et le 14 janvier près de la ville de Grindavik, dont les 4.000 habitants ont été évacués le 11 novembre.

En début de matinée, les jets de lave atteignaient une hauteur d’environ 50 à 80 m et le panache s’élève à une hauteur d’environ 3 km, poursuit l’office. “La conduite d’eau chaude est rompue, ce qui entraine une pénurie d’eau chaude à Sudurnes. Il est important que les résidents et entreprises de Sudurnes économisent l’électricité et l’eau chaude”, indique la Protection civile dans un communiqué.

Cette éruption volcanique se déroule à environ cinq kilomètres au nord de Grindavik, ville de près de 4.000 habitants évacuée en novembre, a dit la porte-parole de la Protection civile islandaise. La centrale de Svartsengi a préalablement été évacuée et fonctionne à distance depuis l’éruption du 18 décembre. Des digues ont été construites pour la protéger.

Jusqu’à l’éruption de mars 2021, la péninsule de Reykjanes, au sud de la capitale Reykjavik, avait été épargnée par les éruptions pendant huit siècles. Il y en a eu cinq autres depuis, en août 2022 et juillet 2023, le 18 décembre 2023, le 14 janvier et ce jeudi, signe, pour les volcanologues, d’une reprise de l’activité volcanique dans la région.

Abonnez-vous pour accéder à tout notre contenu. Cliquez ici pour choisir votre formule d’achat.

Source

Le Quotidien

Add comment