Actus Réunion

Portrait des hauts de La Réunion : analyse de l’Insee sur les territoires contrastés

En 2020, l’Insee, à la demande de la Région Réunion, a mené une enquête sur les hauts de l’île. Les résultats ont été publiés ce jeudi 8 février 2024. Ces zones, souvent caractérisées par une grande diversité, ont été étudiées en détails afin de mieux comprendre leur dynamique.

En 2020, la population des Hauts de La Réunion s’élevait à 180 000 personnes, soit un Réunionnais sur cinq. Il est important de préciser que par « hauts », l’Insee entend « l’aire d’adhésion maximale du Parc National », comprenant « l’ensemble des reliefs montagneux mais aussi certaines zones littorales ». Ainsi, ils représentent 77 % de la superficie de l’île.

Cette population a augmenté un peu plus que dans le reste de l’île entre 2010 et 2020, en particulier dans l’Ouest et le Sud. Cependant, la répartition de la population est inégale, avec les micro-régions de l’Ouest et du Sud comptant à elles seules les trois quarts des habitants des Hauts.

Cette enquête met également en lumière les caractéristiques de la population des Hauts. Elle souligne que 47% des habitants des hauts résident dans le Sud, alors qu’ils sont seulement 11% à vivre dans le Nord. Dans l’Ouest, ils sont 27%, et dans l’Est, 15%. Les villes de Saint-Paul et du Tampon concentrent le plus d’habitants des Hauts, soit 34% à elles seules.

En outre, l’Insee note également que plus de la moitié des familles vivant dans les Hauts de La Réunion sont composées de couples avec enfant(s). Les données montrent également que les familles monoparentales et les femmes seules sont moins nombreuses que dans les Basse.

Le type d’habitat est également différent, car près de la totalité des habitants du haut vivent en maison tandis que la majorité d’entre elles sont propriétaires. Toutefois, le taux de propriété des ménages étant élevé, le recours à la voiture est également plus élevé, avec 27% des ménages possédant deux voitures.

Détaillant également la situation socio-économique des habitants des Hauts de l’île, l’Insee révèle que la pauvreté monétaire y est plus fréquente, en particulier en comparaison avec les Basse. Une grande partie de la population des Hauts est également moins diplômée. Par exemple, les ouvriers sont plus nombreux et les cadres deux fois moins fréquents que dans les Basse

Enfin, cette enquête distingue trois catégories de « Hauts » à La Réunion : les hauts du Nord, les Hauts « en mutation » dans l’Ouets et le Sud, et les Hauts les plus isolés. Chacun présente des caractéristiques socio-économiques particulières, informant ainsi les futurs politiques publiques de la Région Réunion.

Source

FranceTV

Add comment