Actus Réunion

État d’urgence levé en Nouvelle-Calédonie : calme relatif mardi matin

L’état d’urgence en Nouvelle-Calédonie levé par l’exécutif

L’état d’urgence décrété le 15 mai a été levé à Nouméa mardi matin, mais malgré cela, le calme reste précaire après deux semaines d’émeutes. Le couvre-feu est maintenu et de nouveaux renforts de gendarmerie ont été déployés.

La levée de ces mesures exceptionnelles vise à faciliter les rencontres des différentes composantes du FLNKS (principal mouvement indépendantiste) et les déplacements des élus pour appeler à la levée des barrages.

Parallèlement, sept unités supplémentaires de forces mobiles, soit 480 gendarmes, ont été envoyées sur place. Le Haut-Commissariat de la République pour la Nouvelle-Calédonie a maintenu l’interdiction de tout déplacement sur la voie publique de 18h00 à 06h00, avec quelques exceptions.

Émeutes et situation tendue

La situation reste tendue avec 3 500 forces de sécurité mobilisées sur l’archipel. Les émeutes ont déjà fait sept morts, dont deux gendarmes. Une réforme électorale contestée a été le déclencheur des troubles, suscitant la colère des indépendantistes.

Emmanuel Macron a appelé à un accord global, incluant l’avenir de la filière nickel, principale ressource économique de l’archipel. Il a donné jusqu’à fin juin aux parties en conflit pour trouver un terrain d’entente.

Malgré quelques signes de retour à la normale à Nouméa, certains secteurs restent impactés. L’aéroport international reste fermé et le ravitaillement alimentaire pose problème pour beaucoup d’habitants.

Le FLNKS cherche à apaiser les tensions et à trouver des solutions durables pour le pays. Cependant, pour accéder à l’intégralité du contenu, il est nécessaire de s’abonner.

Source

Le Quotidien

Add comment