Actus Réunion

Salon de l’agriculture : les tracteurs envahissent les rues de Paris avant l’ouverture, générant un imbroglio sur le débat agricole

Les tracteurs défilent vendredi dans les rues de Paris à la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture dans un climat de mécontentement. Emmanuel Macron a suscité la colère des agriculteurs en comptant parmi les invités d’horizons divers Soulèvements de la Terre, collectif que l’exécutif voulait dissoudre, mais la décision a été annulée par le Conseil d’Etat. L’Elysée a fait marche arrière dès jeudi soir, mais la colère demeure.

Le président de la FNSEA Arnaud Rousseau a refusé de prendre part au débat, qualifiant l’invitation des Soulèvements de la Terre de cynique et ne permettant pas le dialogue dans de bonnes conditions.

Face aux réactions de colère et d’incompréhension des syndicats, l’Elysée a rapidement reculé, annonçant jeudi soir que le collectif n’était finalement plus invité. Vendredi matin, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau s’est désolidarisé de l’initiative prise par l’Elysée, qualifiant d’”inopportune” l’invitation faite aux Soulèvements de la Terre.

Ce nouveau soubresaut dans la crise qui traverse le monde agricole depuis le début de l’année percute l’ouverture du Salon de l’agriculture. En tout, quelques centaines de personnes, responsables syndicaux, industriels et dirigeants d’associations environnementales ou de la grande distribution sont attendues pour un échange sans filtre.

Les diverses annonces du gouvernement et de l’Union européenne depuis le début du mouvement de fronde des agriculteurs semblent les laisser sur leur faim. Deux cortèges de tracteurs différents défilent vendredi à Paris. Une trentaine de tracteurs de la Coordination rurale s’est réunie dans la matinée avenue de Versailles à Paris.

Le second, emmené par la FNSEA et les Jeunes agriculteurs, se terminera devant le Salon de l’agriculture en début de soirée, avant l’ouverture des portes samedi.

La FNSEA reconnaît que le salon se présente cette année “comme un temps éminemment politique”. Malgré le contexte difficile, le salon n’a pas dérogé à la tradition.

Malgré le contexte difficile, le salon n’a pas dérogé à la tradition : sa vache égérie, Oreillette, une Normande de cinq ans, est descendue vendredi de sa bétaillère vers 08h20 devant une nuée de journalistes, a reniflé le bitume du parc des expositions de la Porte de Versailles, puis été amenée vers la salle où elle sera présentée en majesté pendant les neuf jours du salon.

Source

Le Quotidien

Add comment