Actus Réunion

Israël devant la CIJ : les Palestiniens dénoncent l’apartheid

Le chef de la diplomatie palestinienne, Riad Al-Maliki, a déclaré lundi devant la plus haute juridiction de l’ONU que son peuple subissait le “colonialisme et l’apartheid” et demandé aux juges d’appeler à la fin de l’occupation israélienne.

“Les Palestiniens subissent aussi bien le colonialisme que l’apartheid” et “certains s’indignent de ces paroles mais ils devraient s’indigner de la réalité qui est la nôtre”, a déclaré M. Al-Maliki devant la Cour internationale de justice (CIJ).

La juridiction, qui siège à La Haye, tient cette semaine des audiences sur les conséquences juridiques de l’occupation par Israël de territoires palestiniens depuis 1967, avec un nombre inédit de 52 pays appelés à témoigner.

Israël ne participe pas aux audiences mais a appelé la Cour à rejeter la demande d’avis dans une contribution écrite datée du 24 juillet 2023.

Riad Al-Maliki a appelé la Cour à déclarer l’occupation illégale et à ordonner d’y mettre fin “immédiatement, totalement et sans condition”.

“Une justice retardée équivaut à un déni de justice et le peuple palestinien est privé de justice depuis bien trop longtemps”, a-t-il affirmé devant les magistrats. “Il est temps de mettre fin aux deux poids, deux mesures dont souffre le peuple palestinien depuis trop longtemps”.

Riyad Mansour, ambassadeur palestinien auprès des Nations unies, a eu du mal à retenir ses larmes en appelant à un “avenir dans lequel les enfants palestiniens seront traités comme des enfants et non comme une menace démographique”.

“Impunité et inaction”

Le 31 décembre 2022, l’Assemblée générale des Nations unies avait adopté une résolution demandant à la CIJ un “avis consultatif” non contraignant sur les “conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d’Israël dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est”.

Ces audiences interviennent dans un contexte de pression juridique internationale croissante sur Israël à propos de la guerre à Gaza déclenchée par l’attaque du Hamas du 7 octobre.

Elles sont distinctes d’une affaire portée auprès de la CIJ par l’Afrique du Sud, qui accuse Israël de commettre des actes génocidaires à Gaza. En janvier, la Cour a appelé Israël à prévenir tout éventuel acte de génocide, mais n’a pas évoqué de cessez-le-feu.

La CIJ statuera “d’urgence” sur cette affaire, probablement d’ici la fin de l’année.

Source

Le Quotidien

Add comment